Négociation entre Bouygues et Free Mobile pour le rachat de Bouygues Telecom

0

Free-Bouygues Telecom

Free tenterait de racheter Bouygues Telecom pour se constituer un réseau digne de ce nom. Car en effet, il dépend encore largement de son accord d’itinérance avec Orange dans la 3G. Dans la 4G, il est en train de combler son retard, avec un peu plus de 1200 antennes en service à la fin mars contre 1546 pour SFR. C’est encore loin derrière Orange (5424) et Bouygues (6000). Il faut environ 15.000 antennes pour couvrir toute la France.

Les rumeurs sur d’éventuelles négociations entre Bouygues et Iliad, la maison mère de Free, se sont multipliées tout le week-end, en dépit des démentis fermes et formels des intéressés. Une fourchette de prix a même été donnée: Free proposerait 5 milliards d’euros, alors que Bouy­gues en demanderait 8 milliards pour céder son réseau, ses fréquences mais aussi sa base de 11,2 millions de clients mobile et 1,9 million de clients Internet fixe à Xavier Niel. Dans le détail, le principal dirigeant d’Iliad-Free serait prêt à payer 1,8 milliards d’euros pour le réseau et les fréquences ; 1,5 milliard pour la base clients (11,14 million d’abonnés mobiles et 2 millions d’utilisateurs fixes) ; 1,7 milliard pour les synergies, d’après Les Echos.

Un écart de 3 milliards que Bouygues justifie notamment par son réseau 4G: L’opérateur est premier sur ce secteur avec 69% de la population couverte. Une opération de ce type pour Bouygues « est logique, car Bouygues Telecom est désormais trop petit et va devoir se rapprocher de quelqu’un« , sachant que « le candidat le plus évident est Iliad« , a estimé Xavier Robert, sales trader chez Oddo Securities. C’est la conséquence mécanique du rachat de SFR par Altice/Numericable: La position fragilisée et l’absence de taille critique suffisante de Bouygues Telecom, le numéro trois du marché du mobile l’oblige à trouver une solution alternative. « C’est celui qui a le plus à perdre dans cette opération. Bouygues Telecom sera esseulé et sa pérennité à court terme serait menacée avec des pertes rapides de parts de marché« , nous expliquait il y a peu un expert du marché.

Aucun des deux groupes n’a pour l’instant confirmé ces informations. Une fusion Free-Bouygues Telecom donnerait naissance au troisième grand acteur du marché: L’ensemble représenterait 26,8 millions d’abonnés (fixe et mobile), derrière Orange (29,2 millions) et SFR-Numericable (28,2 millions). Avec la possibilité pour Free d’émerger comme le grand gagnant de la recomposition du secteur: Le nouvel ensemble SFR-Numericable sera en effet très endetté et donc vulnérable si un concurrent venait à lancer une contre-offensive sur les tarifs pour gagner des parts de marché.

Lire la suite de la News sur le site L’Express.

SFR et Bouygues Telecom intéressés par un rachat de Virgin Mobile
B&YOU Et Wiko – L’opérateur Et Le Constructeur Tente Un Partenariat

Sans commentaires

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer